A l'occasion de la fête des mères nous vous proposons trois sujets qui lient les mères à la photographie. Chacun ayant un angle différent. Le premier est historique, le second artistique et le troisième plus sociologique.

---------------------------------------------------------------------------------------

LES "HIDDEN MOTHERS"

Il s'agit d'un genre photographique de l'époque Victorienne. Les mères étaient présentes sur les photos mais cachées... Les appareils de l'époque nécessitant un temps de pose assez long (plusieurs minutes), photographier un nouveau né pouvait s'avérer fastidieux. Afin de garder les enfants immobiles, la mère "se cachait" dans le cadre. Derrière un rideau, sous une cape ou déguisée en chaise, avec plus ou moins de succès, elle pouvait être aussi obscurcie ou décadrée. Cette technique a disparu, autour des année 1920, avec l'arrivée d'appareils photos plus rapides. 

---------------------------------------------------------------------------------------

MÈRE MODÈLE

Dans son livre, Annie Leibovitz au travail, la photographe américaine revient sur le portrait de sa mère qu'elle a réalisé en 1997. Elle écrit :  "Ma mère avait envrion 75 ans quand je l'ai photographiée chez moi, dans le nord de l'État de New York, un après-midi d'été. Nous avions installé un fauteuil pour elle à l'ombre, sur la pelouse. Elle était nerveuse et quand je lui ai demandé ce qui n'allait pas, elle a répondu qu'elle avait peur de paraître vieille. C'était pourtant une femme forte, habituée à gérer n'importe quelle situation. Mais il est rare que des personnes de ce genre s'exposent ainsi. J'ai souvent dit que je n'avais pas de photographie préférée, mais, à mesure que le temps passe, ce portrait de ma mère m'est de plus en plus cher. C'est sans doute ma photographie préférée. Elle est honnête : ma mère me regarde comme s'il n'y avait pas d'appareil photo." 

---------------------------------------------------------------------------------------

LES MÈRES GRANDES ABSENTES DES PHOTOS DE FAMILLE

Laura Vallet, bibliothécaire féministe, a pour habitude de compter la place des femmes dans différents pans de la société. Lorsqu'elle trie ses photos de famille, sur les 450 photos avec leurs enfants, son mari apparait deux fois plus qu'elle. Surpise, elle publie le 3 janvier 2022 un tweet ; 

Mères de famille : on vous prend en photo, vous ?
— FilledAlbum (@Fille d'Album)
 
Un post qui recevra près de 400 réponses du style "moi non plus", et qui résonnera chez beaucoup de femmes. Pour elle « le fait de prendre des photos, de les trier, de créer des albums pour permettre à la famille de se construire son récit familial » est une charge incombée aux mères. Un constat partagé par Illana Weizman, sociologue ainsi que Claudine Veuillet-Combier et Emmanuel Gratton, psychologues et chercheurs à l’université d’Angers auteurs de Photographies de familles contemporaines, perspectives croisées entre sociologie et psychanalyse. (Pour en savoir plus c'est ici)

Vus précedemment